chaque semaine l'Ère du temps en lien avec l'actualité

« Choisissez la vie… »

Publié le 14.4.22
En 1914, alors qu’éclatait la Première Guerre mondiale, le médecin et théologien Albert Schweitzer en Afrique se lamentait sur le coût humain et financier de la guerre, alors qu’il peinait à trouver les fonds nécessaires pour combattre une épidémie dévastatrice de « la maladie du sommeil ». Lutter contre la maladie exigeait un grand nombre de médecins et d’infirmiers, et beaucoup d’argent, disait-il. Mais les politiciens occidentaux avaient d’autres priorités que la santé des Africains et choisissaient de privilégier les armes : « Et là où la mort s’avance déjà victorieuse, les puissances européennes lésinent sur les moyens de l’arrêter, pour lui procurer en échange, par des armements insensés, la possibilité d’une nouvelle moisson en Europe* . »

Les leçons de l’histoire ne semblent jamais apprises. Aujourd’hui encore, nous observons souvent les puissances internationales faire le choix de la guerre et de la mort. Le conflit actuel en Ukraine nous dérange d’autant plus qu’il a lieu en Europe et que les médias nous permettent d’être aux premières loges pour visionner le carnage, la destruction et le malheur des personnes déplacées. Le coût humain est à peine imaginable. Comment est-ce possible de voir un quelconque avantage dans les choix et les décisions de l’envahisseur ?

Mais ce genre de décision ne se prend pas uniquement au niveau international. À chacun de nous est donnée la possibilité de choisir entre la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction, à de nombreuses reprises, dans nos relations familiales, amicales ou professionnelles et dans le domaine de la foi. Qu’il s’agisse des grandes décisions de l’existence ou des petites orientations de la vie quotidienne, nous avons de multiples occasions de faire des choix. Comme de s’engager, de donner, de pardonner, d’accueillir, de rester fidèle, de consacrer du temps, etc. Et certains de ces choix entraînent des conséquences éternelles…


* Albert Schweitzer, À l’orée de la forêt vierge, Albin Michel , 1952, p.112
Deutéronome 30.19

Je mets devant vous la vie et la bénédiction, la mort et la malédiction. Choisissez donc la vie pour que vous viviez, vous et vos enfants.

J'aime, je partage
J'aime, je partage

Ce site utilise des cookies pour mesurer l’audience afin d'optimiser et personnaliser son contenu. Notre but est d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.