10Le SEIGNEUR a encore parlé au roi Akaz : 11« Demande au SEIGNEUR ton Dieu de te donner un signe au fond du monde des morts, ou bien là-haut dans le ciel. » 12Mais Akaz a répondu : « Non, je ne demanderai rien, je ne veux pas provoquer le SEIGNEUR. » 13Alors Ésaïe a dit : « Écoutez donc, vous qui êtes de la famille du roi David ! Vous fatiguez les gens, et on dirait que cela ne vous suffit pas. Vous fatiguez aussi mon Dieu !

L’art de mettre des bâtons dans ses propres roues

Il est parfois dangereux de savoir argumenter. On peut alors facilement se convaincre et se tromper soi-même ! Le roi Ahaz pense vraisemblablement bien faire en déclinant la proposition qui lui est faite. Il se justifie par un argument très bien senti, imparable : il ne veut pas provoquer Dieu.

Mais voilà, c’est raté : Dieu voit justement dans cette réponse une provocation. À croire qu’il discerne derrière les bonnes intentions d’Ahaz des motifs moins louables. Peut-être refuse-t-il le signe parce qu’au fond il ne compte pas sur Dieu, mais seulement sur lui-même.

Ouvre nos yeux, Seigneur, que nous puissions discerner les moments où nous nous trompons nous-mêmes et sommes persuadés d’agir avec raison.
Guide biblique développé par la Ligue pour la lecture de la Bible.
Logo Bible en 6 ans
Lectionnaire Bible en 6 ans © Fédération Protestante de France 2007
Traduction de la Bible utilisée : Parole de Vie © Société biblique française
 



 
 Recevoir une notification
Ce site utilise des cookies pour mesurer l’audience afin d'optimiser et personnaliser son contenu. Notre but est d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.