19Jacob répond à son père : « Je suis Ésaü, ton fils aîné. J'ai fait ce que tu m'as demandé. S'il te plaît, lève-toi et viens manger de ma viande. Ensuite, tu me donneras ta bénédiction. » 20Isaac dit à son fils : « Comment as-tu fait pour trouver l'animal si vite, mon fils ! » Jacob répond : « Le SEIGNEUR ton Dieu l'a mis sur mon chemin. »

Une foi intéressée

Utiliser Dieu pour ses propres intérêts, c’est inadmissible. En plus, dans le cas de Jacob, c’est un mensonge. J’imagine la réaction d’Isaac, flatté par la réponse de Jacob : « Bien sûr, c’est tout ce qui peut justifier cette rapidité. Dieu bénit ma démarche de bénédiction !» Jacob a fait appel à sa corde sensible, sa foi. Il ne peut pas réfuter ça !
Est-ce qu’il ne nous arrive pas parfois la même chose ? Est-ce qu’on n’utilise parfois pas des beaux mots chrétiens pour impressionner les autres ? Ou est-ce qu’on n’adopte pas une attitude pieuse pour paraître bien devant les autres ? Est-ce que l’on n’utilise pas le nom du Seigneur ou des convictions « reçues » dans la prière pour justifier nos projets ?

Seigneur, pardon parce que j’abuse parfois de ton nom pour arriver à mes fins.
Guide biblique développé par la Ligue pour la lecture de la Bible.
Logo Bible en 6 ans
Lectionnaire Bible en 6 ans © Fédération Protestante de France 2007
Traduction de la Bible utilisée : Parole de Vie © Société biblique française
 



 
 Recevoir une notification
Ce site utilise des cookies pour mesurer l’audience afin d'optimiser et personnaliser son contenu. Notre but est d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.