13Ensuite Joseph prend ses deux fils par la main. Éfraïm, qui est à sa droite, est à gauche de Jacob, Manassé, qui est à sa gauche, est à droite de Jacob. Joseph les approche de Jacob. 14Mais Jacob croise ses mains : il pose sa main droite sur la tête d'Éfraïm, le plus jeune. Il pose sa main gauche sur la tête de Manassé, qui est pourtant l'aîné.

Méli-mélo

Jacob avait une certaine expérience dans la tromperie, n’avait-il pas menti à son père et usurpé le droit d’ainesse et la bénédiction paternelle à Ésaü, son frère ? Cette famille est remplie de tromperie, jalousie et favoritisme. Et cela continue avec cette bénédiction croisée. C’est un avis que l’on peut avoir suivant notre lecture de ces textes.
Ce qui est franchement étonnant, c’est le regard de Dieu. Il se réclame lui-même comme le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.
Peut-on en déduire que pour Lui, ce ne sont pas les qualités morales des individus qui sont déterminantes, mais d’une part, le choix que Dieu fait de les accompagner malgré tout et d’autre part, la foi qu’ils essayent de placer en Lui ?

Et moi, suis-je choisi et béni pour mes qualités ?
Guide biblique développé par la Ligue pour la lecture de la Bible.
Logo Bible en 6 ans
Lectionnaire Bible en 6 ans © Fédération Protestante de France 2007
Traduction de la Bible utilisée : Parole de Vie © Société biblique française
 



 
 Recevoir une notification
Ce site utilise des cookies pour mesurer l’audience afin d'optimiser et personnaliser son contenu. Notre but est d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.